Fenêtre sur cour

Chape de plomb.

Tristes temps que ceux où l’on doit se séparer de ceux que l’on aime parce qu’on les aime.

Chacun dans une pièce de puzzle. Chacun avec un poids invisible, omniprésent, comme une douleur sourde et lancinante.

Ce mal qui est arrivé si vite. L’impression de vivre dans un mauvais film. Une pierre dans le ventre. La gorge cousue. 

Entendre les cris d’enfants et quelques oiseaux pour qui rien n’a changé. Ces sons-mélodies qui allègent les respirations.

La ville s’est rétrécie, et l’univers tout entier tient dans un puzzle. Le monde-de-la-maison. Sans tous ceux que l’on voudrait voir, respirer, écouter.

Sentir le pouls. Cadence feutrée. Des petits pas. Des demi-soupirs. Un temps qui est élastique, mais dont on ne voit pas venir le retour. Aucune claque. Aucun rien. L’attente sans heure.

Cuire du pain, planter des herbes, prendre dans les bras ceux qui peuplent la maison-monde. Ecouter un vieux vinyle oublié, penser aux films qui rappellent la vie. Choisir d’être le protagoniste de celui qui nous plait le plus, aujourd’hui.

Inventer des histoires, comme les ramifications de l’arbre du jardin, qui partent, loin, exploratrices immunisées.

Décomposer un long, lent mouvement, comme une séquence de tai-chi, en inspirer le feu de la terre et habiter cette force. Pieds-racines. Bras-branches. Souffle-tout. Il existe un monde à explorer sans se mouvoir. Ne pas essayer de le peupler comme l’autre, le-loin, mais l’habiter dans sa pulsation.

Des constellations faites d’étoiles liées les unes aux autres. Des constellations qui se frôlent et se parlent, sans voix dans le ciel.

Le pouvoir du coeur, la danse du souffle. Ensemble malgré tout.

Publié par Inês d' Almeÿ

L'écriture comme cartographie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :